Kopie van Zonder titel

Amadou : “Pendant trois semaines, j’ai vécu séparé de ma famille”

Partager ce témoignage:

Lors de sa détention à Vottem, Amadou* a été séparé de sa famille pendant des semaines. “La détention m’affecte encore, ainsi que ma famille.”

“Je voulais être beau pour le baptême de mon fils alors je suis allé chez le coiffeur. Soudain, la police a débarqué et m’a. demandé mes papiers. Mais je n’en ai pas car ma demande d’asile a déjà été rejetéedeux fois.”

“Avant, je n’avais jamais eu de contact avec la police ou les tribunaux. J’ai donc essayé de faire ce que la police me demandait, mais elle m’a traité comme un grand criminel.”Ils m’ont menotté pendant 10 minutes. C’était terriblement embarrassant.. Personne ne croit que dans un pays démocratique comme la Belgique, on puisse vous menotter simplement parce que vous n’avez pas de papiers.”

“Je ne veux pas dire à mon fils où j’ai été, c’est trop traumatisant.”

“Pendant trois semaines, j’ai vécu à Vottem, séparé de ma famille, sans savoir combien de temps cela allait durer. Je refusais de parler à mon fils au téléphone parce que je savais que je craquerai.”

“Je me suis demandé en quoi Vottem était différent d’une prison. Tout se fait en groupe. On ne peut rien décider soi-même. Ni quand on mange, ni quand on boit, ni quand on marche, ni quand on dort. C’était un peu comme mourir.”

“Je ne veux pas dire à mon fils où j’étais, c’était trop traumatisant. Entre-temps, j’ai été régularisé, mais je me réveille toujours en pleine nuit, paniqué. La détention m’affecte encore, ainsi que ma famille. Ils n’arrivent pas à croire que j’ai été enfermé sans raison, ils pensent toujours que j’ai fait quelque chose de mal.”

*Pour des raisons de confidentialité, Amadou est un pseudonyme.

Tout être humain a un droit fondamental à la liberté. La coalition Move a été créée en janvier 2021 à l’initiative conjointe de Caritas, du CIRÉ, de JRS Belgique et de Vluchtelingenwerk Vlaanderen. Les membres de Move unissent leurs forces pour mettre fin à la détention de personnes pour raisons migratoires.Nous préférons parler de « centre de détention (administrative) pour personnes migrantes » plutôt que de « centre fermé », pour éviter la confusion avec les centres d’accueil ouverts pour demandeur·euses de protection internationale. Par ce choix terminologique, l’attention est mise sur la réalité de la détention. De plus, nous entendons inclure toutes autres formes de détention pour raisons migratoires, comme les maisons de retour, que nous appelons « centres de détention (administrative) pour familles migrantes ».Move relate les histoires des personnes exilées en détention, pour leur rendre un visage et leur humanité.